Toujours plus de gros coups de froid

Publié le par Climat2050

swisstxt20091211 11597321 6 

Les fortes tempêtes d'hiver sont devenues plus fréquentes en Suisse durant les dernières décennies et les dégâts qu'elles provoquent dans les forêts ont augmenté. Cela pourrait déjà être une conséquence du réchauffement climatique.

Telle est la conclusion de deux études de l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL) publiées dix ans après le passage de l'ouragan Lothar à travers la Suisse.

Les 12,7 millions de m3 de bois qu'il a mis à terre correspondent à peu près au volume de trois exploitations forestières annuelles. Neuf ans plus tôt, la tempête Vivian avait déjà ravagé les forêts suisses.
Ces deux catastrophes relativement rapprochées font craindre au WSL que les ouragans se rapprochent de plus en plus. La première montre en effet que la vitesse des rafales a fortement augmenté lors des tempêtes d'hiver depuis 1891 et que les rafales sont de plus en plus nombreuses, peut-on lire dans un compte-rendu publié par la revue "International Journal of Climatology".
Cette recherche repose sur une série de mesures de la vitesse du vent, relevées dans le canton de Zurich, a indiqué le WSL vendredi.

 

Résultats convergents


Entre 1858 et 2007, la Suisse a connu 25 fortes tempêtes d'hiver, dont chacune a mis à terre plus de 70'000 m3 de bois. Ces chiffres sont présentés dans une seconde étude du WSL publiée récemment dans la revue "Agricultural and Forest Meteorology".
Dans cette période, les fortes tempêtes d'hiver ont été deux fois plus nombreuses qu'au cours des 50 années précédentes. Elles ont causé 22 fois plus de dégâts en forêt qu'au cours des 100 années précédentes.
Cette forte augmentation des dégâts s'explique d'une part par la hausse du volume de bois sur pied. Depuis 1860, la forêt suisse a en effet gagné plus de 60% en surface, et le volume de bois par hectare a presque triplé en 150 ans.
D'autre part, elle est liée aux changements climatiques qu'on observe déjà en Suisse, écrit le WSL. La seconde étude montre en effet qu'au cours de la période de 1858 à 2007, la température hivernale moyenne a augmenté de 2 degrés Celsius. Et les précipitations sont sensiblement plus abondantes en hiver qu'il y a 150 ans.

RSR

 

http://info.rsr.ch/fr/science-technologie/Toujours_plus_de_gros_coups_de_froid.html?siteSect=200301&sid=11597281&cKey=1260548810000

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article